Consulting RH

SAVOIE • HAUTE-SAVOIE

Accom­pa­g­ne­ment • Développe­ment • Formation

Cécile Bolzoni

Tél.: 06 48 33 55 45
Spé­cial­isée:
Trou­bles Dys / TDAH
Soft Skills / Mad Skills

Retour en haut

Le tutorat en entreprise

  /  Articles   /  Le tutorat en entreprise

Qu’est-ce que le tutorat en entreprise ?

Le tutorat est essen­tiel dans un par­cours d’insertion, d’intégration, de pro­fes­sion­nal­i­sa­tion et d’apprentissage. Il per­met de sécuris­er le cur­sus pro­fes­sion­nel, d’améliorer les per­for­mances et d’appartenir à une équipe, un collectif 

Mais alors, c’est quoi son rôle ?

Le rôle du tuteur est d’accueillir et de guider un nou­veau salarié lors de sa péri­ode d’in­té­gra­tion, dans l’entreprise ou encore sur un poste suite à une évo­lu­tion de carrière.

Il est aus­si le garant de l’apprentissage et la pro­fes­sion­nal­i­sa­tion des salariés alter­nants. Le tuteur est très impor­tant, puisqu’il a un rôle de trans­mis­sion, de veille, avec un suivi unique pour chaque salarié qu’il aura en suivi.

Pourquoi mettre en place le tutorat en entreprise ?

Le prin­ci­pal objec­tif du tutorat est de ren­dre rapi­de­ment opéra­tionnel le nou­veau col­lab­o­ra­teur, tout en lui trans­met­tant le savoir-faire et les valeurs de l’entre­prise. Grâce à son sou­tien et ses encour­age­ments, le salarié s’im­plique davan­tage dans ses fonctions.

Le tutorat répond à des besoins non négligeables :

  • Pré­pare l’ar­rivée d’un nou­v­el employé, l’in­tè­gre à son poste et à l’équipe.
  • Trans­met­tre le savoir-faire dans l’en­tre­prise et ses valeurs.
  • Apporte du sens à la jeune génération
  • Apporte de la recon­nais­sance et de la val­ori­sa­tion, ce qui lim­ite le turn over.
  • Être tou­jours en veille sur le pro­fes­sion­nal­isme de l’équipe.

Mais doit-on être formé pour être tuteur ?

les ingrédients du tutorat

Rien n’est oblig­a­toire pour l’intégration d’un salarié, mais forte­ment recom­mandé, car trans­met­tre dans les bonnes con­di­tions avec un process et un tuteur for­mé, nous avons le trio gag­nant, pour une entreprise.

Pour un con­trat de pro­fes­sion­nal­i­sa­tion et d’apprentissage, l’employeur a la pos­si­bil­ité de désign­er un tuteur, mais rien n’est oblig­a­toire non plus. En revanche, si l’en­tre­prise désigne qu’il aura un tuteur pour les alter­nants et les nou­veaux salariés entrants, il devra être volon­taire et jus­ti­fi­er de 2 ans min­i­mum d’expérience sur la qual­i­fi­ca­tion en rap­port avec la cer­ti­fi­ca­tion, le diplôme visé.

Enfin, si vous vous formez au tutorat, vous aurez une mis­sion à part entière, car faire son méti­er et savoir le trans­met­tre sont deux choses dif­férentes. Aujourd’hui, on con­state encore qu’il y a beau­coup d’entreprises qui désig­nent des tuteurs sans vrai­ment béné­fici­er d’une véri­ta­ble pré­pa­ra­tion. En effet, vous êtes les vecteurs de com­pé­tences et de lien avec l’en­tre­prise, sa pré­pa­ra­tion favorise la cohérence du mes­sage auprès du tutoré.

La for­ma­tion de tuteur implique plusieurs compétences :

  • Une méthodolo­gie, pour con­cevoir le parcours
  • Des com­pé­tences organ­i­sa­tion­nelles : une bonne ges­tion du temps notam­ment pour son pro­pre poste. Auquel s’a­joute un accom­pa­g­ne­ment tutoral cadré et serein.
  • Une bonne com­mu­ni­ca­tion : ce binôme tuteur/tutoré con­stitue une rela­tion pro­fes­sion­nelle forte mais avant tout humaine.
  • Une bonne ges­tion du stress au quo­ti­di­en afin de dénouer les ten­sions qui peu­vent surgir. 

Point impor­tant : si vous n’êtes pas un tuteur manager

La for­ma­tion au tutorat est donc néces­saire en pre­mier lieu pour délim­iter le véri­ta­ble rôle du tuteur. Car, bien qu’il s’en rap­proche par moment, il n’est pas un man­ag­er. Il ne doit donc pas don­ner des ordres opéra­tionnels à son tutoré.

En effet, le tuteur a le rôle de guide, de pro­fesseur, de sou­tien. De plus, il n’a pas d’autorité hiérar­chique sur son tutoré mais une direc­tiv­ité péd­a­gogique. Le tuteur d’en­tre­prise doit dès lors fix­er unique­ment des objec­tifs sur les com­pé­tences à acquérir et sur le développe­ment de ses soft skills.

 Pour conclure :

Le tutorat en entre­prise per­met de motiv­er et de fidélis­er les salariés les plus expéri­men­tés, en les nom­mant tuteurs. Cela assure à l’en­tre­prise une trans­mis­sion de sa cul­ture et de son savoir-faire auprès des nou­veaux col­lab­o­ra­teurs.
Dans le cadre d’une per­son­ne hand­i­capée, le tutorat représente égale­ment un excel­lent moyen d’intégration. 

C’est pourquoi Panache Mak­ers a décidé d’instaurer dans ses mod­ules de for­ma­tion tutorat ini­tial et recy­clage, un point sur le hand­i­cap invis­i­ble qui représente 80% des hand­i­caps, con­tre 20% des hand­i­caps vis­i­bles, soit 10% de la pop­u­la­tion souf­fre d’un hand­i­cap invis­i­ble, dont 6 à 8% sont des trou­bles DYS. (source FFDYS)